Communiqué 2018

Comptoir suisse : une tradition à réinventer

Les Verts vaudois et lausannois prennent acte, non sans regret, de la décision prise par le groupe MCH de ne pas reconduire le Comptoir Suisse, véritable tradition vivante qui allait souffler ses 100 bougies en 2019. Ils appellent les pouvoirs publics à agir avec détermination pour permettre au Comptoir de se réinventer et de sortir de l’image désuète du « grand fourre-tout » pour mettre davantage en avant les produits de notre terroir, une agriculture responsable et respectueuse de l’environnement et la culture de notre canton. Le Comptoir doit pouvoir continuer à faire le lien entre villes et campagnes.

Morceau de patrimoine vaudois et véritable institution, jadis attendue avec impatience par des dizaines de milliers de vaudoises et de vaudois aux portes de l’automne, le Comptoir Suisse n’est plus.

L’annonce faite par le groupe bâlois MCH de ne pas organiser une édition 2019 du Comptoir attriste les Verts vaudois, pour qui cette manifestation était un trait d’union bienvenu entre ville et campagne, un grand rendez-vous populaire dans lequel se mélangeaient jusqu’à il y a peu Vaudois-es et Romand-e-s de tous âges et milieux. Le Comptoir offrait, en outre, une vitrine au canton dans toute la Suisse, à l’image de l’OLMA de St-Gall.

Les Verts vaudois et lausannois restent convaincus qu’il reste une place pour ce type de grands événements populaires dans la capitale vaudoise, à l’heure ou la mondialisation et le commerce en ligne changent nos habitudes et modes de vie.

Ils appellent donc les pouvoirs publics cantonaux et communaux à se saisir avec détermination de ce dossier, et à œuvrer afin qu’une grande manifestation populaire puisse toujours avoir lieu au Palais de Beaulieu.

Celle-ci doit pouvoir se réinventer, et sortir de l’image désuète du « grand fourre-tout » pour mettre davantage en avant les produits de notre terroir, une agriculture responsable et respectueuse de l’environnement, la sociabilité ou les très nombreuses associations et groupes culturels qui animent notre canton. Nul doute qu’une telle manifestation saurait séduire la population vaudoise indépendamment de son âge, de son milieu social ou de son origine.