Actes Verts

Actes verts n°50 : Une Helpline contre la radicalisation et l’extrémisme violent

La Helpline, porte d’entrée de la politique cantonale de prévention et de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent

Ce printemps, j’ai eu l’occasion de présenter le dispositif vaudois de prévention et de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent qui rentrera pleinement en vigueur à la rentrée. Cela a été un travail de longue haleine, débuté en été 2016 déjà. De quoi s’agit-il ?

Suite à la montée en puissance des sectes apocalyptiques (de type Daech) et une recrudescence d’actes terroristes sur le sol européen, le Canton a rapidement mis en place des mesures sécuritaires pour faire face à l’augmentation réelle des menaces sur son territoire.

Il a fallu sans tarder renforcer la réponse sécuritaire. Cela a été fait : équipement supplémentaire, mesures sur les lieux de rassemblement public, dispositif d’intervention revu et doublement des effectifs au Service du renseignement de la Police cantonale vaudoise. Les liens avec la Confédération et les autres cantons ont aussi été renforcés, tout comme l’arsenal juridique en la matière.

Mais la seule réponse sécuritaire, comme toujours, est insuffisante pour répondre à un enjeu complexe exigeant une approche pluridisciplinaire afin de prendre en charge les cas problématiques en amont, avant tout risque de passage à l’acte. Ainsi, mon département a mis en place une plateforme interdépartementale afin de proposer une politique publique la plus efficace possible pour la prévention et la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent. Par radicalisation, le Conseil d’Etat a fait sienne la définition retenue par le Réseau national de sécurité dans son Plan d’action national sur ce sujet, à savoir qu’il s’agit du « processus par lequel une personne adopte des positions toujours plus extrêmes sur les plans politiques, sociaux ou religieux pouvant aller jusqu’au recours à la violence extrême pour atteindre ses buts ». Cette définition est elle-même empruntée au Conseil nordique des ministres dans son guide sur les villes sûres.

L’approche vaudoise, en matière de prise en charge des personnes problématiques, est – comme nous aimons les faire ici – tout à fait pragmatique et implique plusieurs acteurs. Un groupe opérationnel, interne à l’administration cantonale, a été mis en place sous la présidence du préfet de Lausanne, avec des représentants permanents du Service de la protection de la jeunesse, du Service de prévoyance et des aides sociales ainsi que la Police cantonale vaudoise auxquels pourront s’y adjoindre d’autres personnes en cas de nécessité. Ce groupe aura la charge de s’assurer d’une prise en charge socio-éducative appropriée de toute personne montrant des signes de radicalisation. Ainsi, il pourra solliciter l’appui d’autres organismes, personnes ou relais à disposition pour « désengager », c’est le terme utilisé, celles et ceux qui afficheraient des signes de radicalisation problématique.

Ce groupe opérationnel pourra se saisir de tous les cas dont il aurait connaissance, mais aussi de ceux qui lui parviendraient par le biais de cette fameuse « helpline ». Cette dernière est un numéro spécial, gratuit, que toute personne peut contacter en cas de craintes ou de doutes sur une personne de son entourage. Cette permanence téléphonique, mise en œuvre dès le 3 septembre prochain, se fera au sein de la Centrale d’engagement et de transmission (CET) à savoir auprès des mêmes équipes que le 117. Les opérateurs ont reçu une formation spécifique pour les aider à répondre aux enjeux propres aux phénomènes de radicalisation et d’extrémisme violent. En cas de doute, ils peuvent toujours s’appuyer sur le Centre Intercantonal des Croyances. L’avantage d’avoir cette helpline auprès du CET, c’est qu’en cas de risques imminents pour la sécurité publique, l’information part directement auprès des services sécuritaires. Cependant, dans les cas où il s’agirait de personnes dont l’agissement ferait plutôt craindre un processus de radicalisation, l’information serait alors transmise au groupe opérationnel pour une éventuelle prise en charge.

Les débats au Grand Conseil sur cet objet ont surtout porté sur la transmission des informations sensibles, recueillies par le terrain (notamment les communes) ou par le biais de cette permanence téléphonique. L’ensemble de ces informations ne seront qu’en possession du groupe opérationnel qui les traitera avec la plus grande confidentialité et qui seront sécurisées par les moyens techniques appropriés. Selon les besoins spécifiques, à définir selon chaque cas, certaines données ciblées pourraient être transmises à des organisations, personnes, partenaires, qui sur le terrain pourraient contribuer au dispositif de prise en charge. Tout ceci a été validé par la Préposée à la protection des données. Il ne s’agira aucunement de la création de fiches, loin de là. Cette transmission d’informations sensibles est une nécessité si l’on veut faire un travail de prévention qui soit crédible.

Toute cette nouvelle politique publique est prévue pour une période de 3 ans, à l’issue de laquelle le Conseil d’Etat en évaluera l’efficacité et proposera ou non sa pérennisation ainsi que les éventuels ajustements le cas échéant. Par ailleurs, d’autres départements travaillant de concert avec nous pourraient présenter prochainement d’autres mesures qui s’inscriront parfaitement dans le dispositif mis en place.

Suite à l’augmentation rapide des préoccupations sécuritaires dans notre canton en lien avec les risques d’attentat, il fallait pouvoir trouver une réponse adéquate et proportionnée, tant du point de sécuritaire que de la prise en charge socio-éducative. Ce n’est probablement pas la panacée, mais en la matière, la recette miracle fait cruellement défaut.

Béatrice Métraux