Interventions parlementaires

Qui a peur des Epreuves cantonales de référence (ECR) ?

Interpellation

Initialement, les épreuves cantonales de références (ECR) servaient à piloter et harmoniser l’école vaudoise. Avec la loi sur l’enseignement obligatoire (LEO), elles comptent désormais pour 30%
dans la moyenne de ces trois branches pour les élèves de 8ème année, dans le cadre de leur orientation pour le cycle secondaire.

Si, pour certains, l’obstacle sera franchi sans gros dégâts, les ECR peuvent représenter une source de stress envahissante non seulement pour les élèves, mais aussi pour les parents. Certains
acteurs privés en font d’ailleurs un véritable business en proposant des cours d’appui voire des «camps de préparation» aux ECR. Ce phénomène vient alimenter une sorte de «course à la performance » qui n’est pas de nature à assurer un climat serein dans l’institution scolaire.

Les résultats de ces épreuves semblent d’ailleurs démontrer que les élèves doués s’en sortent et ceux qui ont des difficultés échouent… On observe que les notes sont sensiblement identiques entre les épreuves de référence et les résultats semestriels ou annuels. Les ECR ne semblent donc pas constituer des épreuves décisives dans le parcours scolaire des élèves.

Un des objectifs affichés des ECR est de « situer les résultats obtenus par les élèves ou les établissements scolaires par rapport à là moyenne du canton » (site web du DFJC). Or, il
semblerait que les élèves qui bénéficient de programmes personnalisés ou de mesures particulières ne passent pas systématiquement ces épreuves, ou alors sous certaines conditions. Les élèves en difficulté ne font donc pas partie des comparaisons statistiques.

Enfin, il convient de s’interroger sur la charge de travail que constituent la préparation et la correction de ces épreuves pour les enseignants. Les enjeux liés à la l’enseignement sont en effet
nombreux et complexes. Les ressources à disposition de l’école sont quant à elles limitées. Il nous parait donc important que les efforts déployés pour organiser les ECR permettent effectivement de renforcer la qualité du système scolaire.Ainsi, nous avons l’honneur de poser les questions suivantes au Conseil d’Etat :

1 . Le Conseil d’Etat est-il en mesure de dresser un bilan des épreuves cantonales de référence au regard des objectifs affichés par le DFJC sur son site web¹ ?
2. Si oui quelle est l’efficacité et l’efficience de l’outil ECR ?
3. En quoi ces épreuves permettent-elles de vérifier la qualité du système d’étude vaudois en regard du plan d’études romand (PER) ?
4. Quelles sont les ressources nécessaires pour organiser les ECR (nombre de postes, heures supplémentaires,…) ?
5. Selon le rapport de la COGES de juin 2017, « les Epreuves cantonales de référence (ECR) se passent sans difficulté, tendent à tirer les établissements vers le haut et limitent les
redoublements ». Le Conseil d’Etat peut-il confirmer cette appréciation ?
6. Si oui, sur la base de quel(le) constat/analyse ?
7. Comment le Conseil d’Etat se positionne-t-il vis-à-vis des cours d’appui voire des « camps de préparation » aux ECR proposés par certains acteurs privés ?
8. L’égalité des chances est-elle garantie entre les élèves si certains bénéficient d’une préparation spécifique, à la charge dës parents, et d’autres pas ?

Vassilis Venizelos

¹Selon le site web du DFJC, «« les épreuves cantonales de reférence (ECR) ont pour but de :
– contribuer à la qualité du système scolaire ;
– d’harmoniser les exigences de l’enseignement dans le canton en vue d’assurer une éqalité de traitement entre les élèves ;
– mettre à la disposition des enseignants des repères extérieurs à la classe permettant de situer la progression des élèves ;
– situer les résultats obtenus par les élèves ou les établissements scolaires par rapport à la moyenne du canton ;
– vérifier le degré d’atteinte d’objectifs tirés du plan d’études romand (PER) .