Communiqué 2017

Qui finance quelle campagne ?

A quelques jours de la fin des élections cantonales, le Parti socialiste vaudois et les Verts vaudois présentent publiquement ce jour leur budget complet pour cette campagne, ainsi que leurs sources de financement. L’alliance rose-verte aura, au soir du 21 mai, dépensé 115’000 francs. Cette campagne est payée paritairement par les deux partis. Elle est financée uniquement par les cotisations des membres et contributions des élu-e-s des deux partis. Tant les Verts vaudois que le Parti socialiste vaudois refusent les dons d’entreprise. Cet acte de transparence est central dans une campagne politique : elle renforce la démocratie et la confiance des citoyen-ne-s envers le monde politique. En regard des enjeux centraux pour la population, le PSV et les Verts vaudois demandent à l’alliance de droite de faire également très rapidement acte de transparence en publiant son budget complet pour ce second tour, en indiquant la provenance de son financement.

Année après année, la Suisse fait figure de cancre en matière de transparence des financements des partis politiques et des campagnes. A de nombreuses reprises, notre pays a ainsi été épinglé par le Groupe d’Etats contre la corruption (GRECO). Parmi les pays membres du Conseil de l’Europe, la Suisse est le seul pays à ne pas disposer de législation sur la transparence du financement des partis. Dans notre canton, une motion du PS qui avait été transmise au Conseil d’Etat en 2007 a finalement été rejetée par la droite en 2012 qui ne veut de toute évidence pas que les citoyen-ne-s sachent qui finance son activité politique. Pourtant, il serait légitime de savoir qui a, ou non, quel fil à la patte.

Pour remédier à cette situation exceptionnelle, une large coalition, dont font partie le Parti socialiste et les Verts, a lancé une initiative populaire fédérale qui demande que les partis rendent publics leurs financements.

Des paroles, les Verts vaudois et le PSV passent aux actes : durant le 2e tour, l’alliance a pu compter sur un budget de 115’000 francs. Plus de 60% de ce montant sont utilisés pour l’impression et la distribution du tous-ménages, près de 20% pour des annonces presse, 10% pour l’affichage et le reste a financé l’achat de croissants, pommes ou roses.

Cette campagne du 2e tour est payée paritairement par le PSV et les Verts vaudois. Leurs sources de financement sont similaires : ils comptent uniquement sur les cotisations, les dons des membres et les contributions des élu-e-s. Ils refusent tout don d’entreprise.

Les Verts vaudois et le Parti socialiste vaudois invitent les partis de droite à faire le même exercice, à publier leurs dépenses pour ce second tour de campagne et à indiquer la provenance de leur financement. La campagne de l’alliance de droite s’est intensifiée ces derniers jours avec notamment l’envoi d’un courrier adressé des 3 élu-e-s PLR à une partie de la population vaudoise. Celle-ci a le droit de savoir comment a été financée cette campagne et qui a soutenu financièrement cette opération, pour ainsi peut-être mieux comprendre dans le futur telle ou telle action politique qui ne serait in fine qu’un retour d’ascenseur.