Interventions parlementaires

Pour que la concurrence des taxes ne coule pas les pêcheurs vaudois

Les pêcheurs professionnels vaudois du lac de Neuchâtel sont-ils pénalisés par rapport à leurs collègues des cantons voisins ? Ces premiers paient une taxe annuelle sur les moteurs entre 190.- et 500.-, en fonction de la cylindrée, alors que sur Fribourg et Neuchâtel, ils paient respectivement 48.- et 60.-. Ceci s’explique par un soutien plus important aux pêcheurs par ces cantons, soutien qui était également offert par le canton de Vaud il y a bien longtemps, sous la forme de ristournes. Or les pêcheurs de nos lacs ont une grande valeur. En plus d’effectuer un travail rude, et au rendement variable dans un cadre strict, ils veillent à maintenir la population des lacs en poissons,
et ils sont en première ligne pour détecter les modifications de l’état sanitaire des eaux des lacs. La pêche locale, si elle est bien pratiquée, est durable et permet une belle alternative à la consommation de poisson de mer, dont les conditions de pêche sont souvent très douteuses.
Ainsi, j’ai l’honneur de poser les questions suivantes au Conseil d’État :
– Quelles mesures le Conseil d’Etat prend-il actuellement pour soutenir le travail des pêcheurs
professionnels vaudois ?
– A-t-il pris connaissance des disparités entre les aides octroyées par les cantons partageant les mêmes lacs et comment les explique-t-il ?
– Pourrait-il envisager un alignement de son soutien aux pêcheurs vaudois ?

Sabine Glauser