Communiqué 2017

Les cyclistes méritent mieux qu’une campagne de prévention stigmatisante

Les Verts romands sont scandalisés par la campagne de « prévention » pour les cyclistes lancée par la SUVA. Plutôt que d’attirer l’attention sur les réels problèmes et dangers qu’encourent quotidiennement celles et ceux qui ont décidé d’adopter ce mode de transport écologique, la vidéo de cette campagne aligne les clichés et stigmatise celles et ceux qu’elle prétend sensibiliser. Les Verts veulent une autre politique de prévention, qui protège les cyclistes et favorise le vélo comme moyen de déplacement. Ils interviendront aux niveaux cantonal et communal pour exposer leur vision d’une politique efficace de prévention contre les accidents dans lesquels sont impliqué-e-s des cyclistes.

Un cycliste qui enchaîne les comportements dangereux avec son vélo tout en égrenant d’un ton arrogant des phrases toutes faites, et qui finit par payer de sa vie le fait de « rouler comme un con », comme le dit si joliment une voix off en fin de séquence : voilà à quoi ressemble le spot de « prévention » diffusé par la SUVA, et soutenu par diverses polices cantonales.

Or si les cyclistes peuvent parfois être la cause d’accidents de la route, ils en sont bien plus souvent les victimes. D’ailleurs, si les statistiques énoncées dans la vidéo avancent que les cyclistes seraient fautifs dans 50% des cas, cela veut dire que les véhicules motorisés le sont tout aussi souvent ! Et même de fait bien davantage, car ce que ces chiffres ne précisent pas, c’est qu’il ne s’agit là que des cas graves répertoriés par la Police. Au-delà de ces derniers, les cyclistes sont régulièrement victimes de refus de priorités de la part d’automobilistes, ou autres « incidents mineurs » qui, même s’ils provoquent parfois chutes, bosses et bleus, n’amènent pas à une dénonciation de la part des cyclistes et sont donc ignorés des statistiques. Au-delà des clichés, il est d’ailleurs éclairant de noter que plusieurs études européennes ont montré qu’à partir d’un certain nombre critique de cyclistes les accidents par kilomètre parcouru diminuent. Une étude française a ainsi établi que le doublement de la pratique du vélo n’entraîne qu’une augmentation de 32% d’accidents. Et une étude danoise atteste également que la pratique du vélo pour les déplacements quotidiens entraîne en réalité une réduction du risque de mortalité de 28 %.  La vidéo manque donc clairement sa cible !

Le vélo est un mode de transport écologique, peu encombrant et peu bruyant, qui n’a que des avantages à l’heure où les réseaux routiers sont saturés et que les particules fines polluent l’air que nous respirons. Or les cyclistes sont vulnérables, car moins bien protégés que les voitures ou d’autres usagers de la route. En cas d’accident, ce sont eux qui paient le prix fort.

Il est donc normal d’entreprendre des campagnes de prévention, mais celles-ci doivent avant tout sensibiliser les automobilistes aux dangers qu’ils font courir aux cyclistes et piétons, et non stigmatiser les cyclistes et leurs prétendus comportements dangereux.

Il est, en outre, également nécessaire que les villes et les communes prennent leurs responsabilités et garantissent aux cyclistes une place adaptée sur la chaussée en développant, notamment, des pistes cyclables sécurisées et en adaptant l’aménagement des carrefours, car le manque d’espaces spécifiquement destinés aux cyclistes les expose aussi de manière accrue au danger.

Les Verts ne peuvent donc pas souscrire à cette campagne et interviendront à plusieurs niveaux (dans les communes et les parlements cantonaux) afin d’interroger les autorités compétentes sur le bienfondé de cette dernière, et demander une autre politique de prévention routière, plus bienveillante et respectueuse des piétons et cyclistes.