Interventions communales

Trinquons aux résidus

Vevey

Interpellation

Chaque année, le plan de traitement des vignes est affiché au pilier public de la ville. Le plan de traitement indique le nombre de traitements à effectuer, avec quels produits et à quelles dates. Ce plan interpelle pour plusieurs raisons. La première, c’est le nombre de traitements prévus ; une bonne dizaine au minimum. La deuxième c’est de constater que 13 produits différents sont utilisés. Et la troisième, c’est la toxicité de tous ces produits ! Sur les 13, 7 ont une toxicité avérée sur le milieu aquatique, 6 sont qualifiés de cancérigènes probables, 4 sont toxiques par inhalation et 2 sont susceptibles de nuire à la fertilité ou au fœtus. Un seul de ces produits n’a aucune toxicité connue. Sans compter que dans le plan de traitement, jusqu’à 5 produits sont appliqués en même temps. Et personne ne connaît l’effet cocktail que ces mélanges peuvent provoquer.

Une étude commandée par Greenpeace Suisse et faite par un laboratoire indépendant allemand est sortie la semaine passée. Les résultats de cette étude sont alarmants. On constate à la lecture de ce rapport que tous les vins testés en Suisse et produits en viticulture conventionnelle contiennent des produits phytosanitaires dangereux. Sans compter les produits chimiques trouvés dans les sols, parfois très ancien comme du DDT.

On peut relever le dernier scandale en date, provoqué par le fongicide « Moon Privilege » commercialisé par Bayer et utilisé en viticulture conventionnelle. Ce fongicide a occasionné l’année dernière de graves détériorations dans les vignes. Celles de Vevey ont également été touchées. Les dégâts semblent même se poursuivre cette année malgré un arrêt immédiat de son utilisation. Eh bien santé Messieurs, Dames ! De plus en plus de vigneron(ne)s suisses renoncent aux produits de synthèse, bien conscients qu’ils ont un impact négatif sur leur santé, celle des consommateurs et sur l’environnement. De plus en plus de domaines viticoles décident de passer au bio ou à la biodynamie. 40ha sur la Côte, 15ha en Lavaux et 8ha dans le Chablais sont déjà passés en culture biologique ou biodynamique. La Ville de Lausanne et son domaine de Château Rochefort à Allaman, ainsi que des vigneronnes et vignerons à Cully et Yvorne ont relevé avec succès le défi de la biodynamie, remportant même des prix pour leurs breuvages.

Tous les signaux poussent à un changement profond des pratiques viticoles, si l’on souhaite préserver les terroirs et leur environnement sur le long terme.
Alors qu’en est-il des vignes propriétés de la Ville de Vevey ? Peut-on vraiment trinquer à notre santé et à celle du vigneron(n)e lorsque l’on boit un verre de vin des « Vignes de Vevey » ?

La Ville de Vevey, signataire de l’agenda 21, se doit de montrer l’exemple et serait bien inspirée de prendre le virage d’une viticulture biologique et/ou biodynamique, plus respectueuse de l’environnement.

Nos questions à la municipalité sont donc les suivantes:
1) Quel est l’état du vignoble veveysan suite à l’utilisation du fongicide « Moon Privilege »? Quels ont été les dégâts provoqués et persistent-ils encore aujourd’hui
2) La ville a-t-elle procédé à des analyses de sols et des vins pour vérifier la présence ou l’absence de produits chimiques et phytosanitaires?
3) Si oui, peut-on nous communiquer les résultats de ces analyses?
4) Si non, la municipalité envisage-t-elle de procéder à des analyses, par qui et quand?
5) Est-il envisageable que la commune soutienne une reconversion en culture biologique ou/et biodynamique du vignoble veveysan?

Pour les Verts de Vevey
Antoine Dormond