Interventions communales

Pour des potagers collectifs dans les quartiers d’Epalinges

Conseil Communal d’Epalinges
Motion : Pour des potagers collectifs dans les quartiers d’Epalinges

Jardins familiaux et jardins ouvriers sont des réalités bien connues et appréciées des citadin- ne-s, qui s’y ressourcent le weekend et y produisent fruits et légumes de qualité à bas prix.

Ces structures sont par contre souvent peu esthétiques avec leurs cabanons et autres installations rigides, et peuvent aussi être une source de nuisance pour les voisins à cause des habitudes de certains usagers d’y organiser des grillades et autres activités de loisirs, sans oublier la tendance présente à certaine endroit à utiliser des produits phytosanitaire peu écologiques. C’est aussi pour cette raison que ces structures sont souvent localisées en marge des villes.

Depuis quelques années on voit fleurir partout dans le monde et aussi à plusieurs endroits en Suisse romande des versions de ces jardins plus écologiques, plus conviviales, plus respectueuses du paysage et plus proches des usagers, permettant ainsi de créer des espaces de rencontre, de loisir et d’activité physique à proximité des habitations : les potagers collectifs ou potagers urbains. On entend par là des petites parcelles potagères situées au coeur des quartiers
d’habitation. Réalisées aux abords des immeubles, ils occupent des espaces jusque là peu ou pas utilisés, et deviennent rapidement des lieux de vie et de rencontre, où chacun peut se rendre tranquillement à pieds depuis chez soi pour jardiner une heure ou deux. Ces jardins se caractérisent aussi par la mise en place d’une charte du jardinage écologique, et par le partage des outils de jardinage, permettant ainsi de limiter l’installation de structure de stockage au stricte minimum.

Par le biais de cette motion, et au vu de ce qui précède, il est donc demandé à la Municipalité de présenter une étude sur les possibilités d’implantation de potagers urbains sur le territoire communal, en considérant aussi bien des terrains de propriété de la commune que des terrains privés qui pourraient être valorisés en partenariat avec des propriétaires d’immeubles.

Enea Rezzonico, le 16 février 2016