Communiqué 2015

Laurent Rebeaud, figure des Verts, disparait

Ayant appris le décès brutal de Laurent Rebeaud, survenu dans un accident de moto dans la nuit de jeudi à vendredi, les Verts lausannois, genevois, vaudois et suisses, sous le choc, expriment ensemble leurs plus sincères condoléances à sa famille et pensent à cette figure si importante et attachante qui va laisser un vide immense.

C’est avec une immense tristesse que les Verts lausannois, genevois, vaudois et suisses communiquent le décès de l’un des leurs : Laurent Rebeaud.

Membre fondateur des Verts suisses, Laurent Rebeaud en fut le président jusqu’en 1985 date à laquelle il entre au Conseil national où il restera jusqu’en 1994. Sur un plan politique, il fut député à Genève entre 1985 et 1993, puis élu en 1999 à l’Assemblée constituante vaudoise chargée de rédiger la nouvelle constitution cantonale. Depuis 2011 il était Conseiller communal à Lausanne et a rejoint le Comité des Verts Lausannois il y a deux ans. Membre du Bureau des Verts vaudois jusqu’en 2013, il a assumé la présidence du Mouvement entre 2012 et 2013. Depuis 2012, il avait par ailleurs mis au service des Verts ses compétences de journaliste en devenant rédacteur en chef du Bulletin vert, le journal romand des Verts suisses.

Comme en témoigne son parcours, Laurent Rebeaud était un ami fidèle et un homme politique d’envergure qui a apporté aux Verts son savoir et son expérience avec générosité et patience. Il a marqué les Verts depuis leur origine et n’a cessé de s’engager, à tous les niveaux et sous toutes les formes possibles, à Genève, Berne et Lausanne, pour les idées vertes. Parmi ses plus grands succès récents, nous retiendrons en particulier, au plan communal, sa volonté sans faille de permettre au peuple lausannois de s’exprimer sur le projet Taoua, projet rejeté en vote populaire.

Ses amis genevois n’oublieront pas cette personnalité attachante, fondateur de la section genevoise, député, écologiste convaincu. Fabienne Bugnon, ancienne conseillère nationale témoigne : « Nous nous souvenons avec émotion de nos débats sans fin pour savoir si l’écologie devait se situer à droite ou à gauche de l’échiquier politique et pour finalement nous retrouver en harmonie sur la dimension humaniste de notre combat. »

Nnous retiendrons surtout de lui ses immenses connaissances en matière d’écologie, son franc-parler et sa capacité d’analyse de la scène politique aussi bien locale, cantonale que fédérale qui étaient pour nous des qualités inestimables. Grand amateur de musique et de chant, toujours disponible et souriant, sa bienveillance à l’égard de tous les Verts faisait de lui une personne irremplaçable que nous regretterons beaucoup.

Nous adressons toutes nos condoléances à l’ensemble des membres de sa famille.