Elections fédérales 2015

Election au Conseil des Etats : triste dimanche!

Triste dimanche électoral que celui que nous avons vécu le 8 novembre. Après douze années passées à Berne, dont huit au Conseil des États, Luc Recordon n’a pas été reconduit dans sa fonction de Sénateur.
Luc s’est engagé sans relâche ces dernières années pour l’écologie, la justice sociale, l’agriculture, les transports en commun. En un mot : pour les Vaudoises et les Vaudois. Nous lui disons aujourd’hui de tout coeur MERCI !
Nul doute qu’il continuera encore très longtemps à s’engager à nos côtés, et à nous faire profiter de son expérience, de sa gentillesse et de son sens politique hors normes.

Les remerciements de Alberto Mocchi

Notre canton perd un politicien d’exception

« Les électeurs vaudois ont choisi de ne pas réélire Luc Recordon au Conseil des Etats. Fidèle à ses valeurs, celui-ci a immédiatement annoncé sa décision de mettre fin à sa carrière fédérale et de laisser sa place au Conseil national à Adèle Thorens, la très active et compétente coprésidente des Verts suisses. Geste magnifique d’un politicien d’exception! Loin de faire passer ses intérêts personnels au premier plan, Luc Recordon incarne avec panache les valeurs qu’il a toujours défendues: générosité, égalité, solidarité, humanisme, protection et respect des plus faibles et des minorités, défense des droits fondamentaux de tous, promotion de la paix, développement durable respectueux des besoins des générations futures…

Quelle perte pour notre canton! Luc Recordon nous manquera. » (Véronique Beetschen, membre du comité des Verts lausannois, 24 heures, 11 novembre)

Le témoignage de Vincent Rossi

« L’une des personnalités qui m’a fait adhérer aux Les Verts lausannois et qui m’a conduit à m’y engager concrètement est sans conteste Luc Recordon. Son dévouement, sa rigueur intellectuelle et ses qualités humaines, qu’elles soient dans la pertinence de son analyse ou sa capacité à la communiquer de manière claire et honnête, sont des qualités rarement assemblées en une seule personne.

Cette manière de faire de la politique désintéressée, responsable sur le long terme, avec pour seul objectif le bien d’autrui, fait de lui un Vert exemplaire. Son geste face à la défaite de dimanche dernier, laissant sa place à Adèle Thorens Goumaz ajoute le panache à son autorité.

Luc Recordon restera une inspiration pour toute la relève politique qui a désormais la charge de porter ces valeurs. Merci Luc, tu places la barre très haut mais je relève ton défi. » (Vincent Rossi, publié sur Facebook le 8 novembre 2015)

Luc Recordon, la classe

« Je voudrais vous rendre un hommage appuyé, à vous Monsieur Luc Recordon, pour le geste généreux dont vous avez su être l’auteur auprès d’une collègue. Ce qui est admirable, c’est que d’une malheureuse et non méritée défaite vous avez su faire une victoire et ainsi assurer une suite positive à votre parti.

Grâce à cet effacement devant une dame, c’est non seulement une politesse de roi mais la déférence d’une humilité, trait de votre personnalité qui permettra la continuité de tout ce que vous avez su défendre lors de vos mandats politiques. Vous êtes, Monsieur, cher Luc, non seulement un galant homme mais un exemple à suivre dans ce milieu, d’une rudesse extrême, de la politique.

Tout le parti vert vous prodigue sa reconnaissance, tout en souhaitant que vous soyez notre guide pour continuer la route écologique avec vous.

Avec mon infinie admiration. » (Ode Billard, Le Temps, 10 novembre 2015)